Amiante et environnement

Préserver l'environnement

La dangerosité de l’amiante a été identifiée au début du XXe siècle, mais les mesures de protection et de prévention sont intervenues plus tardivement.

La protection de l’environnement contre les risques liés à l’amiante fait l’objet de textes réglementaires concernant notamment les installations classées et le traitement des déchets contenant de l’amiante.

L’exposition environnementale est définie comme une exposition à la pollution de l’air extérieur (environnement extérieur) et à celle de l’air intérieur (environnement ambiant) par des fibres d’amiante à l’exclusion des expositions professionnelles liées à un travail au contact de matériaux contenant de l’amiante.

Les divers types de pollution de l’environnement extérieur

  • Site géologique d’affleurement de roches amiantifères qui conduisent à la libération de fibres pouvant migrer à distance du site.
  • Zone urbaine et/ou rurale polluée :
    • lors d’opérations de démolition ou d’enlèvement d’installations contenant de l’amiante,
    • dans l’environnement de mines d’amiante ou d’usine de broyage d’amiante,
    • lié au trafic routier notamment à l’usure du revêtement routier contenant de l’amiante.

Les divers types de pollution de l’environnement intérieur

  • Exposition paraprofessionnelle passive ou exposition “intramurale“ à de l’amiante en suspension dans l’air, soit du fait de la dégradation de bâtiments qui en contenaient (exemple : flocage), soit du fait d’interventions sur ceux-ci.
  • Exposition domestique par contact avec les vêtements de travail du conjoint et/ou conjointe (dont l’activité professionnelle les amenait à intervenir sur des matériaux contenant de l’amiante) ou des objets ménagers contenant de l’amiante (planche à repasser, panneaux isolants, grille-pain, appareils de chauffage mobile).
  • Exposition liée aux activités de bricolage (changement de garnitures de freins, construction d’un abri de jardin en fibrociment, changement de joints contenant de l’amiante pour un four de cuisine, une gazinière, une cheminée…).

Depuis l’interdiction de l’amiante dans la construction, près de 230 000 tonnes d’amiante ont été retirées dans les bâtiments. Cet enjeux est important pour débarrasser les constructions de ce matériau extrêmement dangereux pour la santé mais aussi pour l’environnement.
Malheureusement, le désamiantage n’est pas toujours possible dans certains projets de travaux… L’objectif de la dernière consolidation réglementaire est de donner un cadre sécuritaire aux interventions ou aux travaux qui sont susceptibles de provoquer l’émission de fibres d’amiante.

Le gain en termes de prévention du risque amiante est très fort, à charge aux professionnels et maîtres d’ouvrage de s’en emparer afin qu’il puisse être pleinement efficace car il y a urgence.

Avec la parution du décret du 9 mai 2017 « relatif au repérage de l’amiante avant certaines opérations », puis son décret modificatif de 2019 qui a rééchelonné le calendrier d’application, le repérage des matériaux et produits contenant de l’amiante avant travaux devient obligatoire dans tous les bâtiments construits avant le 1er janvier 1997. Ce décret d’application va désormais impacter, à la fois le particulier mais aussi le professionnel à des degrés différents.

Décret n°96-1133 du 24 décembre 1996 relatif à l'interdiction de l'amiante, pris en application du code du travail et du code de la consommation

Pour tous renseignements complémentaires, n'hésitez pas à nous contacter