Maîtrise d’œuvre désamiantage

Pour les bâtiments destinés à la destruction, un retrait préalable des matériaux contenant de l’amiante (désamiantage) doit être réalisé, chaque fois que c’est techniquement possible.

Pour les bâtiments en usage, si le diagnostic amiante conclut à la présence de matériaux contenant de l’amiante friable (flocages, calorifugeages et faux plafonds), dont l’état de conservation constitue un risque pour les occupants (état intermédiaire de conservation N=2, avec un niveau d’empoussièrement mesuré (E) > 5 fibres d’amiante/litre d’air, ou état dégradé N=3), des travaux doivent être engagés systématiquement par le propriétaire.

Ils ont pour objectif de réduire le risque d’exposition des utilisateurs du bâtiment, soit par un retrait des matériaux dangereux ou, lorsque cela n’est pas techniquement réalisable, par leur confinement.

Dans les 2 cas, le niveau d’empoussièrement doit être ramené à l’issu des travaux sous le seuil de 5 fibres/litre.
Les travaux ne peuvent être réalisés que par des entreprises spécialisées.

Dans l’attente de la réalisation des travaux, des mesures destinées à protéger les occupants doivent être prises sans délai ; leur objectif est de ramener l’exposition au niveau le plus bas possible, et dans tous les cas à un niveau d’empoussièrement inférieur à 5 fibres d’amiante/litre d’air.

Ces mesures peuvent être :

  • un nettoyage régulier et stricts des locaux (nettoyage humide, aspirateur à filtre absolu) ;
  • l’isolement des matériaux potentiellement dangereux (bâches ou films plastiques) ;
  • la limitation d’accès aux locaux et/ou des interventions de maintenance.

À ce stade, toutes les interventions directes sur ces matériaux sont en revanche prohibées, car elles peuvent provoquer leur dégradation et augmenter le risque d’exposition.

Pour tous renseignements complémentaires, n'hésitez pas à nous contacter